Voiture autonome : comment simuler le comportement des conducteurs pour améliorer la sécurité routière

Voiture autonome : comment simuler le comportement des conducteurs pour améliorer la sécurité routière

La simulation du comportement conducteur pour optimiser la sécurité des voitures autonomes

Innovation en matière de simulation

Des avancées récentes entreprises par les experts de l’Université du Maryland aux États-Unis ont conduit à l’élaboration d’une technique de simulation novatrice pour les véhicules autonomes. Baptisée B-GAP et s’appuyant sur le domaine de l’intelligence artificielle, cette méthode constitue une étape décisive pour améliorer les interactions des véhicules sans conducteur avec le flux routier.

Distinction des profils de conduite

Cette technologie, exposée dans la publication IEEE Robotics and Automation Letters, est dotée de la faculté de reconnaître et de cataloguer les différentes manières de conduire, distinguant les pratiques agressives de celles plus posées et prévisibles.

Un future sans les mains au volant

Les véhicules autonomes, par définition capables de circuler sans conducteur, sont prévus pour alléger la tension liée au pilotage en supprimant la nécessité de gérer des éléments comme l’embrayage ou la vitesse. Au-delà de cet avantage, la promesse d’économie de carburant, la simplification du stationnement en zone dense et l’autonomisation des individus à mobilité réduite figurent parmi les bénéfices attendus.

Les défis restants avant une intégration complète

Néanmoins, avant leur intégration totale et sécurisée dans le trafic général, ces véhicules requièrent des perfectionnements. Ils doivent être préparés pour une variété d’environnements routiers et être en mesure de prévoir les réactions adéquates face à des conditions météorologiques ou comportementales imprévues.

L’approche de simulation comportementale

Afin de raffiner l’interaction des véhicules autonomes avec les autres usagers, l’équipe de l’Université du Maryland a conçu un simulateur analysant les comportements conducteurs en vue de familiariser les véhicules autonomes avec ceux-ci, affinant leur capacité d’adaptation en temps réel.

Technique de prédiction par intelligence artificielle

La méthode incorporée se base sur un modèle nommé CMetric, qui utilise la vision par ordinateur pour évaluer les trajectoires des autres usagers de la route. Associée à des algorithmes avancés comme le Deep Q-Network (DQN), elle est capable de prédire le comportement des conducteurs, participant ainsi à l’amélioration des systèmes de navigation propres aux véhicules sans conducteur.

Des simulations urbaines plus réalistes

Contrairement aux simulateurs préexistants qui peinent à rendre compte de la complexité des environnements urbains chargés, la méthode de l’université américaine vise à optimiser l’apprentissage des véhicules autonomes dans ces scénarios délicats.

Une ressource ouverte pour le futur de l’automobile

Cet outil de simulation, désormais en accès libre pour les fabricants automobiles, pourrait révolutionner non seulement la construction des voitures autonomes mais également contribuer à perfectionner les aides à la conduite dans les véhicules classiques.

Conclusion et sources

En conclusion, cette innovation pourrait balayer les anciens standards de simulation et assurer une intégration sécuritaire des véhicules autonomes dans le tissu urbain. Les détails de cette recherche sont disponibles dans l’article signé par Angelos Mavrogiannis, Rohan Chandra, et Dinesh Manocha, paru dans l’édition d’avril 2022 de IEEE Robotics and Automation Letters.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?