Le gaspillage alimentaire en 2024 : chiffres et perspectives pour une consommation responsable

Le gaspillage alimentaire en 2024 : chiffres et perspectives pour une consommation responsable

La situation du gaspillage alimentaire en 2024

Selon des évaluations réalisées au niveau mondial, pratiquement un tiers des denrées alimentaires destinées à la consommation est perdu ou n’est pas consommé. Cette estimation, originaire d’une recherche menée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en 2011, soulève de sérieuses questions sur nos habitudes de consommation. Comment se positionne le problème du gaspillage alimentaire à l’orée de l’année 2024, et quelles sont les mesures prises pour y remédier, notamment depuis l’adoption de la législation anti-gaspillage ?

Dans la même thématique

Bilan de la loi anti-gaspillage

La législation française, connue sous le nom de loi Agec visant à instaurer une économie circulaire, fut promulguée en février 2020 avec l’ambition de réduire considérablement les pertes alimentaires et le surcroît de consommation. Cette loi a, entre autres, conduit à la création d’un label national visant à combattre le gaspillage alimentaire, et s’est donné pour objectif de diminuer de moitié les déchets alimentaires d’ici 2025 ou 2030, selon les secteurs. La mesure des progrès accomplis selon ces critères nécessite cependant des données fiables et comparables dans le temps.

Dans la même thématique

Évolution des chiffres du gaspillage alimentaire

Une analyse de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) en 2016 avançait que la France produisait environ 10 millions de tonnes de nourriture non utilisée annuellement. À cette époque, un citoyen typique contribuait au gaspillage en jetant en moyenne 150 kg d’aliments chaque année. Bien qu’aucune mise à jour de ces données n’ait eu lieu depuis, des obligations européennes récentes ont imposé aux pays membres de l’UE de fournir des statistiques actualisées à partir de 2022. Les premières données rapportées concernent l’année 2020 et indiquent un volume de gaspillage alimentaire en France supérieur à 8,7 millions de tonnes. D’après la dernière collecte de données en 2021, le niveau de gaspillage est demeuré inchangé par rapport à 2020.

Dans la même thématique

Le gaspillage dans les foyers français

Une répartition des responsabilités du gaspillage alimentaire met en lumière que les foyers français génèrent presque la moitié (46%) des déchets alimentaires. Ils sont suivis par les industries agroalimentaires (20%), la production primaire (14%), le secteur de la restauration (13%) et la distribution (7%).

Les initiatives pour une consommation responsable

Des initiatives telles que la Zéro Gâchis Académie ont prouvé leur efficacité pour éduquer et sensibiliser les ménages à la réduction du gaspillage alimentaire. Cette opération nationale, initiée en 2019 par l’Ademe et trois associations de consommateurs, a accompagné des foyers sur une période de trois mois, les aidant à modifier leurs comportements. Les résultats sont positifs avec une diminution moyenne de 59% du gaspillage alimentaire par foyer, représentant une économie d’environ 30 repas par personne annuellement. De plus, les bienfaits de cette initiative semblent perdurer dans le temps.

Perspectives futures

Les données récentes seront utilisées pour suivre l’évolution de la situation. Avec la mise en place de la loi anti-gaspillage, l’objectif est de réduire de manière significative le volume des denrées alimentaires qui ne sont pas consommées. Les efforts doivent donc être poursuivis et renforcés, notamment par le biais de campagnes de sensibilisation et de l’adoption de bonnes pratiques au quotidien.

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?