Pourquoi la Polynésie est-elle plus touchée par la redoutable dengue de type II que sa voisine calédonienne ?

Pourquoi la Polynésie est-elle plus touchée par la redoutable dengue de type II que sa voisine calédonienne ?

découvrez pourquoi la polynésie est davantage impactée par la redoutable dengue de type ii que sa voisine calédonienne dans cet article informatif.

La Prévalence Accrue de la Dengue de Type II en Polynésie Comparée à la Nouvelle-Calédonie

La Polynésie Française connaît des difficultés plus marquées dans sa lutte contre la dengue de type II par rapport à sa voisine, la Nouvelle-Calédonie. Cela semble principalement lié aux différences dans les stratégies de prévention et de contrôle mises en œuvre par les deux territoires.

L’augmentation des cas en Polynésie Française

Un récent rapport confirme l’existence d’un cas de dengue de type II à Papeete, identifié fin novembre 2023 au sein d’une résidente locale. Cette affirmation vient du bureau sanitaire polynésien, qui signale une absence de voyages récents pour la personne infectée. La présence de cette dengue locale est alarmante, surtout que la patiente a présenté des symptômes aigus comme une grande fatigue, de la fièvre et des vomissements.
Une intervention d’information et de sensibilisation auprès des riverains de la zone touchée par cette maladie a été orchestrée par les équipes de santé environnementale. Un programme de désinsectisation a aussi été planifié pour limiter la propagation.
La Polynésie a connu des cas sporadiques de dengue 2 en 2019, évitant de peu une épidémie. En 2020, une recrudescence a été observée avec 19 cas recensés en un mois, et une quinzaine d’autres cas sur l’île de Raivavae.

La Nouvelle-Calédonie s’engage dans la prévention

La Nouvelle-Calédonie a opté pour une approche proactive avec l’adoption du World Mosquito Program en 2019. Ce programme implique la libération de moustiques Aedes aegypti, vecteurs de la dengue, infectés par la bactérie Wolbachia, ce qui entrave leur capacité à transmettre le virus.
Des études menées en 2022 confirment que plus de 90% des moustiques capturés à Nouméa étaient porteurs de la Wolbachia, réduisant ainsi de façon significative la transmission des maladies vecteurs par les moustiques. Grâce à cette initiative, Nouméa a enregistré seulement deux cas de dengue en 2022, tous deux importés, sans aucun cas secondaire reporté.

Contraste entre les stratégies de lutte

Polynésie FrançaiseNouvelle-Calédonie
Cas autochtones de dengueCas de dengue essentiellement importés
Interventions ponctuelles de désinsectisationProgramme continu de lutte anti-vectorielle (World Mosquito Program)
Manque de mesures préventives à long termeImplémentation de la bactérie Wolbachia dans les populations de moustiques
Sensibilisation des populations après détection de casTaux important de moustiques incapables de transmettre des virus

La différence dans le nombre de cas de dengue entre les deux territoires met en évidence l’efficacité des stratégies préventives comme le World Mosquito Program. Alors que la Nouvelle-Calédonie profite d’une diminution significative du nombre de cas, la Polynésie doit intensifier sa lutte contre les vecteurs pour éviter une propagation endémique de la maladie.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?