Pandémie : Naître sous le signe du stress – Comment survivre à une vie déjà marquée par l’incertitude ?

Pandémie : Naître sous le signe du stress – Comment survivre à une vie déjà marquée par l’incertitude ?

découvrez comment survivre à une vie déjà marquée par l'incertitude et le stress lié à la pandémie. des conseils précieux pour préserver sa santé mentale et trouver l'équilibre dans un monde en mutation.

Impact de la crise sanitaire sur les futurs parents

Une récente publication de l’Institut de la statistique du Québec met en lumière les bouleversements que la crise sanitaire a occasionnés chez les familles anticipant une naissance. Durant cette période éprouvante, les suivis de grossesse ont été impactés et les pratiques habituelles souvent modifiées ou interrompues, induisant des niveaux de stress accrus chez les futurs parents.

Les renseignements fournis par l’Institut se basent sur une étude portant sur les naissances survenues entre octobre 2020 et septembre 2021, c’est-à-dire au cœur de la pandémie. Ces révélations offrent un aperçu des défis uniques rencontrés durant cette période.

Perturbation des soins prénataux

L’analyse indique que près de 15% des mères ont dû faire face à l’annulation ou le report de rendez-vous, tandis que 42% d’entre elles ont eu des consultations virtuelles ou téléphoniques au lieu de visites en personne. L’inquiétude était palpable, notamment concernant le maintien du lien essentiel avec les soignants, capable de fournir un support clé en réponse aux craintes liées au virus. À cela s’ajoute le fait que plus de la moitié des futurs pères se sont vus privés de l’opportunité d’accompagner leur partenaire durant les rendez-vous médicaux ou les échographies.

Sources de stress multiples

Outre les soucis liés au suivi médical, d’autres sources de stress se sont manifestées durant la grossesse, allant des conséquences de l’infection à des préoccupations financières, économiques et sociales. Des baisses de revenus familiaux touchant près d’un tiers des mères, et des pertes d’emploi signalées chez 6% d’entre elles (et 7% pour les pères) composent le tableau des difficultés supplémentaires rencontrées. Cette période a entraîné une solitude conséquente pour les familles avec, par exemple, l’impossibilité d’accueillir des proches à l’hôpital après la naissance. Cette situation a, sans surprise, accéléré une montée du stress chez une majorité de mères et près de la moitié des pères, avec des répercussions notables sur leur santé mentale.

Dans la même thématique

Stratégies de soutien face au stress maternel

La présence de stress maternel durant la grossesse peut entraîner des effets variés sur la santé obstétrique et le développement de l’enfant. Toutefois, l’enquête révèle que le soutien social peut jouer un rôle clé dans la modération des impacts négatifs. En dépit de la pandémie, il est possible de préserver le développement des enfants si les parents, spécialement les mères, continuent à recevoir l’appui nécessaire pour répondre favorablement aux besoins de leur progéniture. Cela peut se traduire par un professionnel qui demeure à l’écoute et qui fournit des informations pertinentes même en temps de crise.

L’étude souligne en outre l’importance pour les professionnels de la santé de ne pas se limiter au suivi physique mais aussi d’aborder les dimensions psychologiques, favorisant ainsi la détection précoce de la détresse chez les femmes enceintes. La redirection vers des spécialistes de santé mentale quand nécessaire assure un meilleur suivi tout au long de la grossesse et après l’accouchement.

En conclusion, ces données suggèrent qu’un environnement de soutien peut grandement contribuer à atténuer l’effet du stress lié à une pandémie sur les futurs parents et le développement de leur enfant.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?