Documentaire interdit : le général Soleimani au cœur des tensions Israël-Hamas

Documentaire interdit : le général Soleimani au cœur des tensions Israël-Hamas

Annulation controversée de la diffusion d’un film sur Qassem Soleimani

L’événement culturel prévu à Nice le 26 janvier, qui prévoyait la projection d’un film documentaire dédié au général Qassem Soleimani, ne verra pas le jour. Le représentant de l’État dans les Alpes-Maritimes a annoncé l’annulation de cette séance via un communiqué de presse. Cette décision fait suite à une vive controverse apparue ces dernières semaines autour de cet évènement.

Les motifs de l’interdiction

A travers un message partagé sur le réseau social X (connu auparavant sous le nom Twitter), la préfecture explique sa décision : elle prohibe la tenue de la séance cinématographique du 26 janvier en raison de risques conséquents de désordre public ainsi que des expressions pouvant être interprétées comme antisémites ou faisant l’éloge du terrorisme.

Contexte de l’interdiction

Les autorités ont également pointé du doigt la ligne éditoriale des organisateurs et des intervenants à l’événement, accusés de favoriser des discours complotistes, conspirationnistes et antisionistes. Ces éléments ont contribué à la détermination de la préfecture d’annuler la projection.

Dans la même thématique

Un documentaire controversé

Le film intitulé “Général Soleimani, héros et martyr de la résistance” a été produit par un membre du collectif propagandiste Axe de la résistance Palestine. Le débat qui était censé suivre la diffusion du film a déclenché les foudres de Christian Estrosi, maire de Nice, qui a demandé l’annulation de l’événement.

Réaction des organisateurs

À la suite de l’annonce de l’interdiction, l’association Culture Populaire a exprimé son mécontentement, déplorant une atteinte à la liberté d’expression et au droit à l’information, et sollicitant un soutien public.

Le général Soleimani : une figure controversée

Qassem Soleimani, figure influente du gouvernement iranien, a rencontré la mort en janvier 2020 lors d’une frappe de drone des États-Unis en Irak. Héros pour nombreux au Moyen-Orient due à son rôle dans la chute de l’État islamique en Irak et en Syrie, il était néanmoins perçu par les leaders occidentaux comme le lien entre l’Iran et des organisations telles que le Hamas et le Hezbollah.

Dans la même thématique

La toile de fond : Tensions Israël-Hamas

À noter que Soleimani est souvent associé à des tensions régionales, en particulier avec Israël et le groupe armé Hamas. La diffusion du documentaire, perçue par certains comme une possible source d’escalade de ces tensions, aurait été un facteur déterminant dans l’interdiction prononcée.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?