Peut-on vraiment conduire une voiture électrique de plus de 3,5 tonnes avec un simple permis B ? Découvrez la réponse étonnante !

Peut-on vraiment conduire une voiture électrique de plus de 3,5 tonnes avec un simple permis B ? Découvrez la réponse étonnante !

découvrez la réponse étonnante à la question de savoir si l'on peut conduire une voiture électrique de plus de 3,5 tonnes avec un simple permis b.

La conduite de véhicules électriques lourds avec un permis de conduire standard

Avec l’essor des automobiles électriques sur le marché, des questions émergent concernant les permis appropriés pour la conduite de véhicules de grand gabarit. En particulier, celles qui excèdent la limite standard de 3,5 tonnes attirent l’attention. Il est devenu courant de voir des voitures plutôt massives, telles que certaines variantes de SUV électriques, qui présentent un poids supérieur à la norme mentionnée. Des exemplaires comme un modèle de SUV bien connu pèsent plus de 4 tonnes, en grande partie à cause d’une batterie de poids considérable.
Ces mastodontes, en dépit de leur capacité de stockage d’énergie impressionnante, affichent des autonomies relativement modestes et des consommations énergétiques qui peuvent surprendre. Cependant, la question principale est de savoir si, pour manipuler de tels géants sur les routes françaises, il est nécessaire d’obtenir un permis spécial comme le permis poids lourd.

Une législation en faveur des propriétaires de permis B

La législation française apporte une réponse inattendue à cette interrogation. Une modification réglementaire offre une exception notable aux véhicules électriques excédant 3,5 tonnes. Selon certains articles du code de la route, une tolérance spécifique est accordée, permettant aux véhicules électriques de bénéficier d’une exemption portant sur le poids total de leurs batteries.

Comment fonctionne la dérogation ?

  • La règle générale: normalement, un véhicule dont le PTAC dépasse 3,5 tonnes requiert un permis différent de la catégorie B.
  • La dérogation électrique: pour les véhicules électriques, il est possible de ne pas comptabiliser le poids des batteries et de leurs périphériques dans le calcul du PTAC.
  • Les conséquences pratiques: cette exemption peut éventuellement réduire de jusqu’à une tonne le PTAC pris en compte, permettant ainsi de rester en dessous du seuil des 3,5 tonnes.

Des exemples concrets

En pratiquant cette soustraction, un véhicule électrique qui serait initialement au-dessus de 4 tonnes peut être réévalué et catégorisé dans une classe de poids inférieure, le rendant conduisible avec un permis B classique.
Cette réglementation s’applique également à d’autres types de véhicules tels que les camping-cars, qu’ils soient électriques ou non, pour lesquels le Parlement européen a adopté un seuil de PTAC allant jusqu’à 4,25 tonnes.
Les réponses à de telles questions réglementaires sont essentielles pour les conducteurs désireux d’opérer des changements vers des modes de transport plus respectueux de l’environnement, sans avoir à passer par des formations supplémentaires pour obtenir un permis adapté aux véhicules lourds. En définitive, cette dérogation ouvre la voie à une transition plus souple vers l’électromobilité tout en conservant l’utilisation du permis B.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?