Contrôle technique des motos et scooters obligatoire à partir du 15 avril : la Fédération des motards en colère appelle à la rébellion, que faut-il en penser ?

Contrôle technique des motos et scooters obligatoire à partir du 15 avril : la Fédération des motards en colère appelle à la rébellion, que faut-il en penser ?

à partir du 15 avril, le contrôle technique des motos et scooters devient obligatoire. la fédération des motards en colère appelle à la rébellion, qu'en penser ? décryptage et analyse.

Entrée en vigueur du contrôle technique pour les deux-roues motorisés

À compter du 15 avril 2024, les propriétaires de deux-roues tels que les motos, scooters et autres véhicules similaires incluant les tricycles et quadricycles légers à moteur devront se conformer à une nouvelle réglementation. En effet, ces derniers devront soumettre leurs engins à un contrôle technique tous les trois ans, alignant cette catégorie de véhicules sur les pratiques déjà établies pour les automobiles.
C’est depuis le 23 octobre 2023 que l’exigence relative à l’inspection technique est connue, mais c’est le 15 avril 2024 qu’elle prendra effet de manière obligatoire. La mesure suscite une vive opposition parmi les conducteurs de deux-roues.

Inspection visuelle et controverse

La principale critique formulée par la Fédération des motards en colère (FFMC) repose sur la nature perçue comme principalement visuelle de ce contrôle, ainsi que son coût élevé. La FFMC préconise carrément de s’abstenir de passer le contrôle technique, arguant que celui-ci n’aurait ni un impact significatif sur la réduction des nuisances sonores et de la pollution ni sur l’amélioration de la sécurité routière. Ils rejettent l’hypothèse selon laquelle les états défectueux des véhicules seraient la cause principale des accidents, insistant sur le fait que la plupart des motards maintiennent leur véhicule dans un bon état de fonctionnement.

Les implications d’un contrôle technique non conforme

Les motards qui ne respecteraient pas la mise en place du contrôle technique risquent une sanction financière de 135 euros ou l’immobilisation de leur véhicule.

Dans la même thématique

Modalités du contrôle technique

L’examen technique consistera en une vérification de 78 points de contrôle, répartis en différents aspects de la sécurité et de la fonctionnalité du véhicule. Les déficiences majeures relevées impliqueront une obligation de réparation et une seconde inspection dans un délai de deux mois.

Dans la même thématique

Exemptions et phase d’intégration

Certains véhicules sont exemptés de cette mesure: les motos mises en circulation avant 1960 et celles utilisées dans des compétitions sportives. De plus, les véhicules enregistrés avant le 1er janvier 2017 sont les premiers concernés par cette vérification avant la fin de l’année 2024.

Dans la même thématique

Dispositif d’application et actions de la FFMC

Malgré la mise en application de la directive européenne, la FFMC ne se résigne pas et appelle à des actions de contestation, notamment des manifestations prévues avant l’implémentation du contrôle. De plus, ils encouragent la dénonciation des centres qui procéderaient à l’inspection des motos, ainsi qu’à leur boycott pour tout autre service.
En considérant les multiples facettes de ce sujet, notons que les autorités ont déclaré que la mise en oeuvre de la directive se heurte aux réticences d’une partie des usagers concernés. Le débat reste donc ouvert quant à la pertinence et l’efficacité de cette mesure dans la pratique.

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?