Le scandale environnemental du vapotage au Royaume-Uni : les fabricants enfreignent-ils délibérément les règles ?

Le scandale environnemental du vapotage au Royaume-Uni : les fabricants enfreignent-ils délibérément les règles ?

Impact environnemental méconnu du vapotage : les fabricants britanniques à la dérive réglementaire

Selon les révélations récentes d’une organisation à but non lucratif, une large majorité des entreprises impliquées dans la vente de produits de vapotage au Royaume-Uni ne respecte pas les directives de reprise et de recyclage, malgré la législation en vigueur. En particulier, ces sociétés omettent la gestion adéquate des cigarettes électroniques à usage unique, anticipant l’interdiction prévue en 2025, ce qui se traduirait par le jet de plus de 250 millions de dispositifs non recyclés.

Des investigations conduites sur un échantillon de plus de 700 boutiques ont mis en lumière le manque de systèmes de récupération pour les articles finis. La réponse habituelle des commerçants aux consommateurs est que la reprise des produits usagés n’est pas possible, bien que celle-ci soit normativement leur responsabilité.

Dans la même thématique

Non-conformité avec la réglementation DEEE et conséquences environnementales

Depuis 2021, les entreprises britanniques produisant des équipements électriques et électroniques doivent s’enregistrer, déclarer leurs ventes et contribuer financièrement au recyclage de leurs produits. Les magasins sont requis, en outre, d’offrir à leur clientèle des points de collecte pour leur faciliter le recyclage. Toutefois, seulement 11 % des points de vente analysés disposaient réellement de ces installations. En outre, sur un total de 165 producteurs majeurs de vapotage examinés, seuls 15 avaient adhéré aux systèmes de conformité réglementaires.

La déroute est telle que plusieurs entreprises n’auraient pas été enregistrées auprès des instances de régulation environnementale et ne contribueraient donc pas aux frais de gestion des déchets. Curieusement, ces mêmes entités appartiennent à des associations professionnelles reconnues et ont inscrit leurs produits auprès des autorités sanitaires compétentes.

Dans la même thématique

La nécessité d’une réaction urgente

Avec un volume annuel de ventes atteignant les 360 millions d’unités de dispositifs à usage unique au Royaume-Uni, l’équivalent en lithium pourrait être utilisé pour alimenter plus de 6 700 voitures électriques. Le coût annuel estimé pour recycler ces produits pourrait atteindre 200 millions de livres sterling.

La mise en place d’un dispositif de collecte et de recyclage efficace est urgente, prenant en compte les vapes jetables très populaires et nécessitant des démarches manuelles pour le démontage à cause des piles à risque d’inflammation et des précautions liées au liquide de nicotine.

Un rapport publié fin 2022 ciblait déjà ces responsabilités environnementales, mais les avancées restent minimes face à l’augmentation spectaculaire des ventes et des profits dans le secteur.

Liste des mesures réglementaires non respectées :

  • Enregistrement des producteurs et déclaration des ventes d’équipements électriques et électroniques.
  • Contribution financière au coût de recyclage des produits.
  • Mise en place de points de collecte pour le recyclage par les détaillants.
  • Adhésion aux systèmes de conformité des producteurs (PCS) pour le recyclage des DEEE.

Solution proposée pour une gestion durable :

  1. Instaurer un système accessible pour la collecte des dispositifs de vapotage.
  2. Démantèlement manuel des produits nécessitant une main-d’œuvre spécialisée.
  3. Recyclage adapté aux composants à risques et précautions sanitaires.

L’examen de la gestion environnementale des déchets liés aux produits de vapotage au Royaume-Uni a donc mis en évidence des lacunes significatives qui nécessitent une intervention rapide et concertée de tous les acteurs pour endiguer ce fléau environnemental et législatif.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?