Témoignage inspirant : Comment Aurélie Barnabot, psychologue, a surmonté le traumatisme d’un viol à 17 ans

Témoignage inspirant : Comment Aurélie Barnabot, psychologue, a surmonté le traumatisme d’un viol à 17 ans

L’incroyable résilience d’Aurélie Barnabot

Installée confortablement dans son rôle d’éducatrice émotionnelle, Aurélie Barnabot poursuit sa mission d’épauler d’autres femmes à se réconcilier avec leur histoire personnelle. Cette vocation puise ses racines dans sa propre expérience; marquée par une agression sexuelle peu avant son dix-huitième anniversaire en 2014. Ce tragique événement a conduit Aurélie vers un profond désespoir, l’amenant à implorer l’intervention divine dans un moment critique de sa vie. Cet appel à l’aide lui a non seulement sauvé la vie mais l’a menée sur le chemin de la guérison et de la création d’une famille.

Un cri du cœur entendu

“Je me trouvais isolée dans l’intimité de ma salle d’eau, ma détresse cristallisée par la lame tranchante à ma main. C’est à cet instant que j’ai interpellé le divin. Sa réponse fut une caresse immatérielle qui a apaisé ma douleur, me faisant abandonner mon geste fatal”, confie Aurélie. Convaincue que sa survie est due à cette force surnaturelle qui l’accompagne et lui insuffle l’énergie nécessaire à poursuivre sa route, elle nous livre ce message d’espoir.

La rédemption par le pardon de soi

Trouver la force de se relever après un tel affront fut un parcours difficile. Aurélie, accablée par l’auto-dévalorisation et la honte, témoigne de la dure réalité de se sentir responsable de son propre malheur. Elle souligne toutefois que ces émotions sont communes chez les victimes d’actes violents et que le chemin de la réhabilitation personnelle passe par la compréhension que la culpabilité est infondée.

Autoguérison avant l’accompagnement

“Pour exercer ma profession, il fallait d’abord que je guérisse de mes propres blessures”, explique-t-elle. En effet, elle attribue sa réussite professionnelle et personnelle – de ses études en psychologie à la maternité – à ce processus d’auto-guérison qui l’a conduite à ouvrir son cabinet à 28 ans et à lancer une académie dédiée au soutien des femmes en reconstruction.

La positivité à travers la vulnérabilité

Aurélie embrasse sa sensibilité et encourage d’autres à en faire autant. Elle conçoit les larmes comme une force, non une faiblesse, et voit le processus de vieillissement comme une opportunité d’apprendre et d’évoluer.

Engagement associatif

En parallèle, Aurélie Barnabot occupe aussi le poste de présidente de l’association AB.INSPIRES qui œuvre contre le harcèlement scolaire, apportant son soutien aux jeunes victimes de cette forme de violence.

Un parcours inspirant

  • Survivre et triompher de la tragédie du viol
  • Le pouvoir de la foi en un moment de désespoir
  • L’importance de l’autoguérison pour aider autrui
  • La quête continue de croissance personnelle
  • Joindre sensibilité et force dans la pratique professionnelle
  • Contribuer à la société à travers l’action associative

Le courage et la résilience d’Aurélie Barnabot restent un modèle éloquent pour tous ceux et toutes celles qui aspirent à transformer une expérience traumatisante en un vecteur de changement positif pour soi-même et pour autrui.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?