Dr Jordan Peterson : Les leçons à tirer de son récent échec devant les tribunaux

Dr Jordan Peterson : Les leçons à tirer de son récent échec devant les tribunaux

Le Déboutement de Jordan Peterson par la Justice Ontarienne

Les Faits Marquants

Le psychologue et professeur émérite Jordan Peterson a récemment subi un revers judiciaire. La Cour d’appel de l’Ontario a rejeté sa demande, confirmant la nécessité pour lui de se conformer à une exigence professionnelle imposée en 2022. Cette exigence stipulait que Peterson devait compléter une formation liée à l’utilisation appropriée des médias sociaux, sous peine de révocation de son autorisation d’exercer la psychologie dans la province.

La Position de l’Ordre des Psychologues

La mise en place de cette mesure formative par l’Ordre des Psychologues de l’Ontario visait à sanctionner des propos de Peterson considérés comme déplacés. La nécessité de cette formation avait été jugée pertinente par la Cour divisionnaire de l’Ontario pour éduquer ses membres sur la communication publique adéquate.

Le Jugement et la Réglementation en Question

La justice a affirmé que l’intervention de l’Ordre était justifiée, alignée sur son mandat réglementaire et sur les principes du Code de déontologie professionnelle des psychologues canadiens. Ainsi, elle a estimé que la formation n’entravait pas indûment les libertés de Peterson. L’accent a notamment été mis sur l’article 2b de la Charte canadienne, concernant la liberté d’expression, pendant les audiences.

La Réaction de Peterson

Jordan Peterson a vivement contesté cette résolution, la qualifiant de tentatives de rééducation forcée ayant pour objectif de s’attaquer à son image et ses privilèges professionnels. Il a exigé via les réseaux sociaux des excuses publiques de la part des membres actuels de l’Ordre, avec des demandes de démissions collectives.

Conséquences

Avec ce rejet par la Cour d’appel, toutes les voies judiciaires sont désormais épuisées pour Peterson qui reste une figure controversée et médiatique, notamment retiré de l’Université de Toronto. Sa démarche à vouloir obtenir gain de cause s’est donc achevée sans aboutissement, signifiant probablement la fin d’un long combat judiciaire.

En résumé, la décision de la Cour d’appel de l’Ontario souligne une fois encore l’importance du respect des normes déontologiques dans l’exercice de professions réglementées, même en présence de personnalités d’envergure publique.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?