Comment un retraité a écopé d’une amende pour avoir passé trop de temps à faire ses courses avec seulement 34 euros à Lidl

Comment un retraité a écopé d’une amende pour avoir passé trop de temps à faire ses courses avec seulement 34 euros à Lidl

Un retraité sanctionné pour une course coûteuse en temps

Un papy français, adepte du Lidl situé à Brême en Allemagne, a vécu une mésaventure peu commune. Un stationnement prolongé de 39 minutes seulement lui a valu une fine plus salée que ses provisions: une contravention de 35 euros contre 34 euros dépensés.

Surveillance drastique des véhicules sur le parking

La chaîne de supermarchés Lidl fait appel à une entreprise externe pour éviter l’occupation excessive de ses aires de stationnement par les clients. Cette dernière impose une limite de stationnement d’une heure trente, période jugée suffisante pour faire ses courses. Si cette durée est dépassée, la société Parkpoint émet une amende envers le propriétaire du véhicule.

Une contravention discutable

Le retraité, ayant passé moins de temps que la limite autorisée, a été surpris de recevoir une amende, d’autant plus que sa séance de shopping était modeste. Il a immédiatement contesté cette sanction auprès de la société de surveillance en présentant son reçu d’achat, preuve de sa consommation sur les lieux.

Cependant, la justification du montant des achats n’a pas suffi. Parkpoint a maintenu l’amende en basant son argumentaire sur le fait que le montant dépensé était jugé insuffisant pour le temps passé sur le parking.

Un calcul incohérent

Les règles de temps de stationnement étaient respectées, alors pourquoi le montant de la dépense entre-t-il en ligne de compte? Le problème a été amplifié par la prise en considération d’un stationnement précédent.

Deux stationnements pris en compte

  • Stationnement initial de 90 minutes devant un centre de fitness pour une séance de sport.
  • Déplacement du véhicule sur le parking de Lidl pour les courses, durée de 39 minutes.

La somme des temps de stationnement des deux emplacements a conduit Parkpoint à sanctionner le retraité. Ce dernier a pourtant produit tous les justificatifs possibles pour annuler l’amende, y compris un papier du centre de fitness validant l’utilisation de leur parking pour la durée de son sport, mais sans succès.

Un conflit irrésolu

Face à cette situation aussi aberrante qu’insoluble, le retraité reste avec une facture impayée à contrecœur. Se voir infliger une amende en dépit de la règlementation suitie et en raison d’un prétexte aussi étrange que la corrélation entre le temps de stationnement et le montant des achats laisse perplexe nombreux utilisateurs des parkings de supermarché. Reste à savoir si cette affaire trouvera un dénouement juste pour le consommateur lésé.

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?