Faut-il vraiment se faire vacciner contre les infections invasives à méningocoques ? Découvrez les nouvelles recommandations !

Faut-il vraiment se faire vacciner contre les infections invasives à méningocoques ? Découvrez les nouvelles recommandations !

découvrez les nouvelles recommandations sur la vaccination contre les infections invasives à méningocoques. informez-vous sur l'importance de se faire vacciner et prenez la meilleure décision pour votre santé.

Nouvelles orientations pour la vaccination contre les méningocoques

Face à l’augmentation des cas d’infections invasives à méningocoques observée récemment, une révision des directives vaccinales a été initiée. La Haute Autorité de Santé (HAS), répondant à une demande ministérielle, a procédé à l’examen de la stratégie vaccinale actuelle pour les sérogroupes A, B, C, W et Y des méningocoques et en proposant une mise à jour.

Il est communément reconnu que les infections dues aux méningocoques présentent un risque significatif pour la santé, avec des conséquences potentiellement létales. Les populations les plus à risque incluent les jeunes enfants, particulièrement en dessous d’un an, ainsi que les adolescents et jeunes adultes jusqu’à l’âge de 24 ans. Les infections, bien que rares, peuvent s’avérer rapidement fatales et laisser des séquelles permanentes, malgré une prise en charge rapide par antibiothérapie.

Après une diminution des infections durant les périodes de restrictions liées au Covid-19, un rebond de l’activité des méningocoques a été enregistré avec 560 cas déclarés recensant une hausse de 72 % entre 2022 et 2023. Cette tendance à la hausse dépasse ce qui avait été constaté avant la pandémie. Une mutation dans la répartition sérologique a également été identifiée, avec une expansion des sérogroupes W et Y, dont les souches du sérogroupe W se montrent particulièrement agressives.

Directives actualisées pour les différents sérogroupes

Les recommandations de la HAS se sont articulées autour de deux axes principaux :

  • Concernant les sérogroupes A, C, W et Y : la vaccination est désormais préconisée de manière obligatoire pour les bébés de moins d’un an avec un protocole à deux doses. Pour les adolescents, une vaccination unique entre 11 et 14 ans est conseillée, indépendamment d’une vaccination antérieure, avec une campagne de rattrapage pour les individus de 15 à 24 ans.
  • Quant au sérogroupe B : face à la prédominance de ce sérogroupe chez les jeunes enfants, la HAS recommande l’obligation vaccinale en bas âge. Cependant, l’extension de cette vaccination aux adolescents et jeunes adultes n’a pas été jugée nécessaire au vu de l’incidence moins élevée des infections et de l’absence de protection indirecte apportée par le vaccin à d’autres groupes non vaccinés.

La vaccination avec le vaccin quadrivalent (pour les sérogroupes A, C, W et Y) est donc encouragée pour une protection efficace, tandis que les recommandations antérieures demeurent applicables à des populations à risque et dans l’entourage de cas confirmés d’infections invasives à méningocoques.

NourrissonsAdolescents et jeunes adultes (11-24 ans)
ACWYVaccination quadrivalente obligatoire (2 doses)Vaccination recommandée
BVaccination obligatoire (3 doses)Vaccination non élargie actuellement

Pour de plus amples renseignements sur ces orientations vaccinales, les détails sont accessibles dans le rapport émis par la HAS.

En prenant connaissance de ces mises à jour, les concernés peuvent mieux comprendre l’importance de la vaccination contre les infections invasives à méningocoques. Ces directives sont destinées à renforcer la barrière protectrice pour les groupes les plus exposés et ainsi limiter les risques de santé publique associés à ces bactéries virulentes.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?