Révélation spectaculaire : le complotiste à l’origine des feux de forêt qu’il accusait le gouvernement d’avoir déclenchés fait un incroyable aveu

Révélation spectaculaire : le complotiste à l’origine des feux de forêt qu’il accusait le gouvernement d’avoir déclenchés fait un incroyable aveu

Admission stupéfiante : L’instigateur des incendies forestiers se dévoile

Brian Paré, un Québécois de 38 ans connu pour sa diffusion active de théories conspirationistes, a stupéfié l’opinion publique en confessant être le véritable auteur de plusieurs feux qu’il attribuait cyniquement à des manigances du gouvernement canadien.

Le lundi 15 janvier 2024 au tribunal de Chibougamau, Paré a reconnu sa responsabilité dans le déclenchement de pas moins de quatorze brasiers, plaçant ainsi sa crédibilité de fervent conspirationniste en chute libre.

Dérives incendiaires et conséquences

D’après les informations émanant du tribunal, l’accusé s’est rendu coupable de treize actes criminels. Pendant l’audience, il a été révélé que deux de ces sinistres ont forcé l’évacuation d’une demie-mille de domiciles à Chapais, en plus d’avoir ravagé plus de 800 hectares de massifs forestiers.

La Sopfeu, l’organisme chargé de la gestion des incendies de forêt au Québec, a également rappelé la tragédie environnementale de 2023 avec plus de onze millions d’hectares de forêt partis en cendres à travers le pays.

L’enquête et les preuves accablantes

Lors des débats judiciaires, il a été mentionné que les forces de l’ordre avaient commencé à surveiller Paré dès le 2 juin 2023, suite à son repérage à proximité d’un foyer d’incendie récent. Malgré ses dénégations, un examen minutieux de son profil Facebook a mis en lumière son obsession pour les feux de forêt et sa propagation d’accusations fallacieuses contre le gouvernement, qu’il prétendait user de telles catastrophes pour propager la peur du réchauffement climatique.

Ce réseau conspirationniste s’est effondré suite à une série de coïncidences troublantes, permettant à la police d’obtenir un mandat pour équiper son véhicule d’un système de localisation et finalement le confondre.

Pour approfondir les détails de cette affaire, la suite de l’article est disponible sur le site de Slate.fr.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?