Désendettement de la France : le rappel à l’ordre sévère de la Cour des comptes

Désendettement de la France : le rappel à l’ordre sévère de la Cour des comptes

La mise en demeure de la Cour des comptes sur la stratégie de réduction de la dette française

Pierre Moscovici critique la faible ambition du gouvernement

Lors de la présentation de ses vœux aux médias, Pierre Moscovici, président de la Cour des comptes, a adressé des critiques cinglantes concernant le manque d’ambition du gouvernement en matière de réduction de la dette. Accusé de présenter des objectifs peu convaincants, le nouveau Premier ministre Gabriel Attal devra relever le défi de prouver sa capacité à gérer le budget de 2025.

Les prévisions optimistes de croissance en question

La viabilité du plan gouvernemental de désendettement se heurte aux anticipations de croissance jugées trop optimistes par les experts. Le gouvernement a maintenu une prévision de croissance du PIB de 1.4% pour 2024, alors que d’autres instituts de prévision s’attendent à une activité ralentie.

Le fardeau de la dette publique

Avec une dette publique grimpant à 112% du PIB à la fin de 2023, la France se positionne derrière la Grèce et l’Italie en Europe. Malgré cela, le retour du déficit public sous les 3% du PIB n’est prévu qu’en 2027, ce qui place la France parmi les derniers au sein de l’Union Européenne en termes de rétablissement budgétaire.

La complexité des réformes fiscales

La fiscalité reste un sujet complexe, notamment avec l’annonce du Président Emmanuel Macron sur la réduction d’impôts pour les classes moyennes prévue pour 2025. Toutefois, la Cour des comptes réclame des clarifications quant au financement de ces mesures.

Une réforme budgétaire européenne exigeante

Les règles budgétaires européennes, réinstaurées début 2024, pourraient contraindre la France à dépasser les 12 milliards d’euros d’économies annuelles évoquées par l’exécutif. De plus, ces réformes interviennent à un moment charnière où de lourds investissements sont nécessaires pour respecter les engagements envers la transition écologique et la neutralité carbone.

Les recommandations fermes de Pierre Moscovici

  • Revoir les prévisions de croissance pour qu’elles soient en adéquation avec la réalité économique.
  • Assurer le financement des baisses d’impôts annoncées.
  • Renforcer la trajectoire de désendettement en la rendant plus ambitieuse.

En somme, Gabriel Attal doit se préparer à une gestion rigoureuse pour répondre aux exigences de la juridiction financière et assurer un désendettement effectif de la France.

Dans la même thématique

Vous souhaitez Laisser un Commentaire ?